M e r c i   l a  V i e  !

" Si la vie n'est qu'un passage, sur ce passage au moins, semons des fleurs."

Montaigne

Aimer la vie, c'est aimer l'autre, la nature,

C'est s'émerveiller devant un détail dans la forêt,

Goûter les rayons du soleil,

Et vouloir le partager...

Eluard.jpg
Oui_Pokrova

EXTRAITS :

"La création fait partie intégrante de ma nature, et créer est ma plus grande source de joie, c'est en créant que j'ai la sensation de me déployer, d'ouvrir mes ailes. Créer pour moi, c'est respirer.

C'est peut-être pour cela que je ressens un profond respect et un grand amour pour la sagesse qu'est la Vie, don par excellence de la Création. Un très grave accident personnel en 2008 qui m'a fait expérimenter le coma ainsi que le deuil d'êtres chers m'ont appris à apprécier le don qu'est la Vie, don que l'on prend trop souvent pour acquis ou dû.

(...)

Défendre la vie, c'est pour moi chrétienne défendre la mémoire du sacré, du mystère que nous incarnons, c'est aussi un simple devoir, eu égard au don reçu, et à la personne qui l'incarnera.

Combien de grands personnages démontrent par leur existence que leur vie sauvée a changé le cours de l'histoire ?

La mère du Ballon d'or 2008 et 2013, Dolores Ronaldo, a écrit un livre sur sa vie, racontant que son médecin a refusé de l'avorter (...). Ce bébé devint le grand Christiano Ronaldo, qui, outre la joie et la fierté dont il a comblé sa mère, a sauvé, adulte, à son tour la vie de son frère...

(...)

Il faut raviver la mémoire du sacré dans le vivant et lutter contre la culture contemporaine trop souvent morbide voire mortifère.

Défendre la Vie à l'époque du terrorisme, c'est aussi faire acte de résistance et montrer que nous Lui reconnaissons la valeur reniée par ceux qui veulent nous la voler à Paris, New York, Bruxelles, Londres, Berlin, Strasbourg, Nice, Kaboul, Beyrouth, et partout ailleurs.

Et si défendre la Vie était le premier acte d'opposition contre ceux qui la prennent ?

(...)

Peu nombreux sont ceux qui prennent au sérieux la gravité de ses propos lorsqu'elle (Mère Térésa) affirme l'impossibilité 

pour la terre de connaître la paix à laquelle les hommes aspirent tant que des enfants seront tués dans le sein de leur mère. 

(...)

Il n'en faut pas moins pour autant distinguer l'acte de la personne qui commet l'acte. Nous sommes plus que ce que nous faisons, or très souvent les personnes qui ont vécu un IVG se croient voire se voient condamnées par l'Eglise et certains croyants, parce que l'Eglise condamne l'acte. De même les croyants - quel que soit leur bord, ne devraient pas être dans le jugement vis-à-vis des personnes qui ont vécu un IVG. Qui connaît les circonstances et le fond des coeurs ? Qui n'a jamais rien fait de mal ? Qui sommes-nous pour montrer du doigt ?

(...)

Je ne suis pas un "droit", je suis un être humain. (Gianna Jensen, survivante d'une IVG à l'eau saline à 7 mois et demi)

(...)

Mais il faut que cela soit entendu avec le coeur. Un coeur qui entende les battements des coeurs des tout petits... D'autant que chacun d'entre nous a été un tout petit...

(...)

 A la fin, il ne reste et ne restera que l'amour. Aimer, c'est la seule vérité qui guérisse et conduise.

Site, conception, textes, photos © Marie-Aude Honorat 2021